Les eco-labels

Les écolabels répondent à un double objectif :
- Informer les consommateurs de l’impact des produits sur l’environnement,
- Encourager la fabrication, la commercialisation et l’usage de produits ayant un impact réduit sur l’environnement pendant tout leur cycle de vie.

Ils sont adoptés après consultation des représentants de l’industrie, de la distribution, des associations de consommateurs et de protection de l’environnement, ainsi que des pouvoirs publics.
Ils résultent d’une approche muki-critère de l’environnement (consommation de matière et d’énergie, production de déchets, émissions dans l’eau et dans l’air) qui prend en compte l’ensemble du cycle de vie des produits (depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie du produit, en passant par sa phase d’utilisation).
Ils sont soumis à révision tous les deux ou trois ans pour encourager les progrès technologiques.

  • Le logo écologique concerne le produit et/ou l’emballage. Il peut porter sur un aspect particulier (recyclabilité de l’emballage, dégradabilité du produit, consommation d’énergie pendant l’utilisation du produit, ...) ou sur l’ensemble du cycle de vie du produit et/ou de son emballage. Dans ce cas, le logo est lié à la prise en compte de l’ensemble des impacts écologiques (consommation de matière et d’énergie, production de déchets, émissions dans l’air et dans l’eau) sur tout le cycle de vie, depuis l’extraction des matières premières jusqu’au traitement après usage. C’est là le cas idéal. En effet, si l’ensemble du cycle de vie est pris en compte, on évite que les améliorations isolées effectuées n’aient par ailleurs de répercussion négative sur l’environnement (déplacements de pollution).
  • Le logo peut s’attacher à une propriété effective du produit (contenu en recyclé, ... ou à un avantage potentiel du produit (recyclable, biodégradable, ...). Cette distinction correspond à la différence entre «réalisé» et «réalisable», le produit «recyclable» ne sera effectivement «recyclé» que s’il entre dans une filière de recyclage, est retraité et bénéficie de débouchés : des conditions qui relèvent de l’organisation de la société et de l’industrie, et non des caractéristiques intrinsèques du produit.



L’apposition d’un logo peut être obligatoire (marquage réglementaire) ou volontaire. L’apposition volontaire relève soit d’une certification officielle, soit de marques privées (individuelles ou collectives).

Le label FSC (Forest Stewardship Council)

a été créé en 1993 sous l’impulsion du WWF et du World Resources Institute. C’est une organisation non gouvernementale de dimension internationale. Il figure sur le bois et les produits à base de bois provenant de forêts certifiées «être gérées durablement» conformément aux critères du FSC. Ces critères comportent des exigences relatives tant au respect des droits des populations indigènes qu’aux impacts sur l’environnement ainsi qu’à la conservation des forêts naturelles. Le label est soumis à des mécanismes de contrôle très sévères: non seulement le propriétaire de la forêt, mais tous les maillons de la chaîne de transformation (Chain of custody ) doivent être certifiés. Pour qu’il soit possible de prendre en compte les particularités régionales, les principes du label FSC se traduisent par des standards nationaux. www.fsc.org

ANGE BLEU

Label défini par l’agence fédérale de l’environnement allemande. L’Ange bleu est un label attribué à des produits qui portent peu atteinte à l’environnement. Le papier est contrôlé de manière détaillée, au niveau du mode de fabrication, de la composition et du façonnage. Seuls des papiers fabriqués à 100% avec des vieux papiers sont certifiés. Les prescriptions concernant les matières premières sont sévèrement réglementées. www.blauer-engel.de

PEFC

Le label PEFC “Program for Endorsement of Forest Certification schemes “ est attribué non pas à des entreprises individuelles, mais à des régions entières. On veut ainsi, d’une part, réduire la complexité administrative au niveau de la certification et, d’autre part, tenir compte de la structure des forêts européennes. L’attribution du label PEFC est basée sur les exigences définies en 1993 à Helsinki pour une économie forestière durable. Les principes défendus - une gestion durable de la forêt - sont semblables à ceux du label FSC. Le label PEFC est soumis aux mêmes mécanismes de contrôle que le label FSC : non seulement le propriétaire de la forêt, mais tous les maillons de la chaîne de transformation (Chain of Custody) doivent être certifiés. www.pefc.org

APUR

L’Association des Producteurs et des Utilisateurs de papiers-cartons Recyclés (APUR), a créé une marque déposée qu’elle gère et qu’elle contrôle. Pour l’obtenir, les industriels s’engagent à respecter une charte d’usage, le logo papier-carton recyclé indiquant clairement le pourcentage de fibres de récupération utilisées pour la fabrication du produit. Chaque gamme de papier ou carton comporte un numéro d’agrément garantissant l’authenticité de l’information donnée aux consommateurs.

BOUCLE DE MOEBIUS

Cette boucle, très largement répandue, signifie généralement que le produit ou l’emballage est recyclable : il s’agit là d’une caractéristique technique des matériaux. Mais, qui dit produit recyclable, ne dit pas forcément que le produit sera recyclé en fin de vie. Le recyclage effectif dépend de nombreux autres facteurs : existence d’un système de collecte séparative, d’une filière de recyclage, de débouchés industriels, ... La norme internationale ISO 14021 (septembre 1999) préconise l’utilisation de ce symbole indifféremment sur fond clair ou sur un cercle de couleur, pour indiquer soit que le produit ou emballage qui le porte est recyclable, soit qu’il contient de la matière recyclée : dans ce dernier cas, le symbole doit être accompagné d’un pourcentage correspondant au contenu en recycle 


x
pname

Produit ajouté à votre panier avec succès.

« poursuivre ma sélection de produits Finaliser ma commande »
x
Error

we have a problem.

« poursuivre ma sélection de produits